Musée de la Libération

Les tout premiers

par Hugues Potdevin

les toutes premières troupes à débarquer par voie de mer le 6 juin 1944…

Lors de la préparation du débarquement sur Utah Beach, l’état-major américain s’est interrogé sur la menace que pouvaient représenter les deux petites îles situées au large de la zone choisie, les îles Saint-Marcouf. La plus grande, l’île du Large comporte un fort datant de l’époque napoléonienne, ce qui indique son intérêt stratégique. La seconde île est l’île de Terre. Toutes deux se trouvent à environ six kilomètres de la côte.

Qu’y avaient installé les Allemands ? Cela leur servait-il de poste d’observation, de poste de contrôle des champs de mines navales ? Il ne fallait courir aucun risque.

Le 7e Corps américain ne disposait pas d’unités de Rangers, aussi fut-il décidé de confier la mission au 4e Groupe de Cavalerie, unité mécanisée spécialisée dans les missions de reconnaissance.

Deux équipes de deux hommes devaient débarquer en éclaireurs sur les plages de ces îles et ensuite quatre LCA (barges d’assaut britannique – trente hommes) devaient amener le reste des hommes chargés de s’emparer des îles.

Les équipes d’éclaireurs étaient composées du Sergeant (alors Corporal)Harvey Olson et du Private Thomas Killoran, tous deux du 4th Squadron, pour l’île de Terre. Du Sergeant John Zanders et du Corporal Melvin Kenzie, tous deux du 24th Squadron, pour l’île du Large. Ces équipes d’éclaireurs s’approchèrent des îles dans des canots en caoutchouc qu’elles sabordèrent avant d’atteindre la plage à la nage. Armés de poignards uniquement, ils emportaient avec eux des lampes-torche pour donner le signal d’approche aux deux LCA destinés à chaque île. La première équipe à débarquer fut celle du Sgt Olson et du Pvt Killoran, vers 0415 heures.

Le 4e Groupe de Cavalerie s’empara des deux îles, lesquelles se révélèrent inoccupées, mais elles étaient truffées de mines bondissantes, les mines S. Ces mines, une fois déclenchées, montent à environ un mètre du sol avant d’éclater et de répandre les éclats et billes d’acier qu’elles contiennent, de manière à atteindre les hommes à mi-hauteur. Ces mines firent 19 victimes dont deux tués, le Sergeant John Onken du 4th Squadron et le PVT Anton Elvesaeter du 24th Squadron ( ?). Quant au fort, il était lui aussi piégé à l’explosif. Il était 0530 heures soit une heure avant le débarquement en France des premières unités venant par voie de mer.

Le Sergent Olson reçut la Silver Star pour cette action du 6 juin 1944. Il fut blessé par la suite lors des combats à Villedieu, puis une seconde fois à Mortain. Néanmoins il termina la 2e guerre mondiale avant de participer à la guerre de Corée. Il quitta l’armée en 1963 et est décédé le 6 septembre 2002. Son père, Herbert Olson, avait été très grièvement blessé à St Mihiel, France, lors de la 1ère guerre mondiale.


Portfolio


Accueil du site | Informations et Contacts | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 164724

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Musée - Histoire   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES par Ordinateurs Laval et Jean-Paul Bleau

© Copyright 2007 - 2008 Musée de la Libération

Creative Commons License